Vagabonde


Mais qui a peur des « moralistes » ?

Les éditions vagabonde viennent d’éditer l’unique fiction de Louis Van Delft, Perplexe ou la Folisophie (13 x 20,5 cm – 144 pages – 14 €). Elles feront paraître le 9 mars prochain une nouvelle éditions des Réflexions & Maximes de Vauvenargues (12,5 x 19 cm – 128 pages – 8,50 €). Préfacée par Jean Dagen, cette édition est suivie de la correspondance fictive des Conseils à un jeune homme et d’une étude de l’historien Frédéric d’Agay sur la condition et la famille de Vauvenargues.

Livres européens.

Quand on lit Montaigne, La Rochefoucauld, La Bruyère, Fontenelle (particulièrement les Dialogues des Morts), Vauvenargues, Chamfort, on est plus près de l’Antiquité qu’avec n’importe quel groupe de six auteurs d’un autre peuple. Par ces six écrivains l’esprit des derniers siècles de l’ère ancienne a revécu à nouveau – réunis ils forment un chaînon important dans la grande chaîne continue de la Renaissance. Leurs livres s’élèvent au-dessus des variations du goût national et des nuances philosophiques, où chaque livre croit devoir scintiller maintenant pour devenir célèbre ; ils contiennent plus d’idées véritables que tous les ouvrages de philosophie allemande ensemble : des idées de cette espèce particulière qui crée des idées et qui... je suis embarrassé pour finir ma définition ; bref, ces écrivains me semblent n’avoir écrit ni pour les enfants ni pour les exaltés, ni pour les jeunes vierges ni pour les chrétiens, ni pour les Allemands, ni pour... me voici encore embarrassé pour terminer ma liste. Mais pour formuler une louange bien intelligible, je dirai qu’écrites en grec leurs œuvres eussent été comprises aussi par des Grecs. Combien, par contre, un Platon lui-même aurait-il pu comprendre des écrits de nos meilleurs penseurs allemands, par exemple de Goethe et de Schopenhauer, pour ne point parler de la répugnance que lui eût inspirée leur façon d’écrire – je veux dire ce qu’ils ont d’obscur, d’exagéré et parfois de sec et de figé – ce sont là des défauts dont ces deux écrivains souffrent le moins parmi les penseurs allemands et ils en souffrent trop encore ! (Goethe, en tant que penseur a plus volontiers étreint les nuages qu’on ne le souhaiterait, et ce n’est pas impunément que Schopenhauer s’est promené presque toujours parmi les symboles des choses plutôt que parmi les choses elles-mêmes). Par contre, quelle clarté et quelle précision délicate chez ces Français ! Les Grecs les plus subtils auraient été forcés d’approuver cet art et il y a une chose qu’ils auraient même admirée et adorée, l’esprit français dans l’expression : ils aimaient beaucoup ce genre de choses sans y être précisément très forts.

Friedrich Nietzsche, in Le Voyageur et son ombre.

Sur Perplexe ou la Folisophie : http://www.vagabonde.net/spip.php?article65

Retrouvez Louis Van Delft sur www.louisvandelft.com et d’autres informations concernant le livre sur www.perplexe-folisophie.com


Retrouvez les éditions vagabonde sur Facebook

Au catalogue : Hugo Ball, sir Thomas Browne, Georg Büchner, Guido Cavalcanti, Céline Curiol, Antonio de Guevara, László Krasznahorkai, Pierre Lafargue, Jules Laforgue/Carmelo Bene, William Langewiesche, le vicomte de Lascano Tegui, Flann O’Brien, Patrick Reumaux, Robert Louis Stevenson, Michele Tortorici, Nick Tosches, Louis Van Delft, Pol Vandromme, Vauvenargues, Carl Watson.



vagabonde.net | 2004-2014 | certains droits réservés